La série la plus récente « Parisgraphie » poursuit cette recherche avec des moyens et des objets très pauvres : smartphone d’un côté, et de l’autre, assemblages improbables et changeants d’affiches recouvertes, lacérées, déchirées, de dessins « sauvages » et de graffitis.