Réalisée en 2016, exposée à la galerie Bernard Dulon, publiée dans l’ouvrage Arts d’Afrique, portraits d’une collection, aux éditions Cinq Continents, In situ – ex situ donne à voir sept pièces d’art africain de la collection d’un grand expert et collectionneur. Entre vues du cabinet où sont déposées les pièces et représentation des objets isolés de leur contexte est posée la question de leur destinée, que l’on trouve concentrée dans ce court texte: Hiératiques et muettes, elles nous regardent. Elles ont traversé les terres et les océans, elles ont traversé le temps, échappant aux termites, à ces trillions d’insectes qui peuplent l’Afrique et à bien d’autres risques de disparition. Mais du même coup, déracinées de leur contexte originel, elles se sont trouvées dépouillées de leur charge votive, cultuelle ou rituelle. A l’image des populations migrantes, réfugiées ou déplacées qui les ont vu naître, elles ont souvent emprunté, du sud au nord, les mêmes chemins. Si bien que l’on ne peut poser la question de la représentation de ces oeuvres sans soulever du même coup celle de la présence ou de l’effacement du contexte, berceau éphémère de leur identité.