1987. La ZUP Nord de Mâcon en Bourgogne. Une commande pour accompagner la réhabilitation du quartier, ghetto construit dans les années 60 loin du centre-ville pour loger une population d’ouvriers, en majorité immigrés… mon projet: demander à 24 habitants, tous quartiers confondus, de choisir l’objet auquel ils tiennent par dessus tout. Un portrait polaroïd de chacun prendra place dans une boîte lumineuse posée sur une stèle dans la pénombre de l’exposition. L’Objet d’Amour l’accompagnera dans un agrandissement noir et blanc d’un mètre vingt de côté, éclairé sur la cimaise par un projecteur à découpe.

Répondant à ma question sur les raisons de son choix, Raymonde A. me dit:  « Je ne sais rien de Maman Elo. Je ne sais rien du Viet-Nam. Ce chapeau, qui vient de là-bas m’avait été envoyé par ma grand-mère. Lorsque je l’ai reçu, je l’ai posé sur ma tête et j’ai trouvé qu’il m’allait bien ».